Photo: Michel Bordeleau


Photo: Daniel Auger


Photo: Christophe Buidin



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l’Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d’envergure.


Vers une nouvelle étape

L’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec a franchi une étape importante, la campagne de terrain pour le Québec méridional (2010-2014) étant terminée. Nous en profitons pour remercier du fond du cœur les 2000 participants qui, ensemble, ont consacré plus de 100 000 heures à recueillir des données.

Mais attention : la campagne de terrain pour le territoire québécois situé au nord de la latitude 50°30’ N se poursuit, et ce pour plusieurs années!

En parallèle, l’équipe de l’Atlas se consacre à préparer la publication des résultats pour le Québec méridional. Nous vous tiendrons informés des suites de ce volet du projet, qui vise à analyser et publier les connaissances acquises de 2010 à 2014, en plus de les comparer à celles obtenues dans le cadre du premier Atlas.

Ceux et celles qui souhaitent participer au volet nordique de l’Atlas devraient, en plus de visiter ce site Web régulièrement, s’inscrire à notre liste de diffusion afin de recevoir nos infolettres. Nous invitons les observateurs expérimentés et autonomes qui planifient visiter le nord du Québec pour y récolter des données d’atlas à communiquer avec nous pour nous faire part de leurs projets.

Nous ajouterons des informations à ce site Web afin d’y intégrer divers renseignements sur le volet nordique de l’Atlas. Vous pouvez toutefois trouver les informations de base sur notre page Nord du Québec.

L’équipe de l’Atlas


Nouvelles du projet

10 mars 2016. La production des résultats de l’Atlas, qui englobent beaucoup plus que les cartes d’indices de nidification déjà disponibles sur notre site Web, va bon train. D’ailleurs, une petite équipe de rédacteurs planche sur les premiers comptes rendus sur les espèces depuis quelques semaines déjà. Le travail de ces rédacteurs, qui se terminera à la fin du mois, consiste également à tester l’interface Web qui sera dédiée aux auteurs, interface où ceux-ci trouveront les directives relatives à la rédaction des comptes rendus, les résultats eux-mêmes (cartes, graphiques à barres, statistiques, etc.), et grâce à laquelle ils pourront déposer leurs textes et les voir révisés et commentés. Prenez note que si tout va bien, nous planifions contacter quelques rédacteurs supplémentaires avant le début de la saison de terrain 2016. En ce qui concerne la collecte de données pour cette année, nous invitons les bénévoles qui se sentent d’attaque à consulter notre page consacrée à l’aide financière et à communiquer avec nous d’ici la fin avril pour nous faire part de leurs projets. Nous saurons d’ici quelques semaines si nous pourrons compter sur quelques équipes « officielles » d’atlasseurs, et vous tiendrons informés.
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Raymond Gagnon

Quiconque est déjà passé trop près d’un nid d’Autour des palombes en garde généralement un vif souvenir. En effet, pour défendre sa nichée, la femelle n’hésite pas à s’en prendre à tout prédateur éventuel, y compris à l’homme. Le plus gros de nos éperviers choisit généralement les forêts matures pour nicher. Dans le sud du Québec, sa saison de reproduction débute en mars, alors que le couple revient à son site de nidification puis entame une parade nuptiale spectaculaire où le mâle effectue notamment des plongeons aériens vers la femelle. C’est cette dernière qui, principalement, se charge de la construction du nid. Celui-ci peut atteindre près d’un mètre de diamètre et est situé habituellement dans la fourche supérieure d’un arbre. L’incubation dure une trentaine de jours, puis les jeunes demeurent au nid pour un mois supplémentaire avant de prendre leur envol. Ils resteront avec leurs parents jusqu’à l’âge de 70 jours environ. Lors des travaux du présent atlas, l’Autour des palombes a été confirmé nicheur dans la majorité des régions du Québec, y compris au Nunavik. Bien que principalement réparti dans le sud de la province, il peut aussi nicher au-delà de la limite des arbres, dans les enclaves forestières (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D’HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d’oiseaux sont invités à participer à l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d’inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 10 mars 2016