Photo: Pierre Bannon


Photo: Michel Bordeleau


Photo: Daniel Auger



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l'Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d'envergure.


Observateurs d'oiseaux recherchés!

Vous êtes un passionné d’oiseaux ou encore vous observez les oiseaux régulièrement? Que vous soyez un expert ou un débutant, voici la chance de contribuer au plus ambitieux projet ornithologique du Québec : le nouvel Atlas des oiseaux nicheurs du Québec.

Si vous envisagez de vous inscrire comme participant au projet d’atlas ou si vous voulez en apprendre davantage sur le projet et les tâches des observateurs bénévoles qui y participent, consultez d'abord la Foire aux questions.

Si vous souhaitez vous inscrire, cliquez ici.

Si vous êtes déjà inscrit comme participant, vous trouverez dans le Guide du participant les instructions et les explications permettant de contribuer au projet, depuis les préparatifs qui précèdent la collecte de données sur le terrain jusqu’à la saisie et l’envoi des données aux responsables du projet. Vous trouverez aussi plusieurs informations utiles sur ce site Web, qui constitue le principal point d’entrée du projet.

Nous espérons sincèrement que votre participation au projet d’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec contribuera à enrichir vos connaissances sur les oiseaux et vous fera vivre des moments mémorables.

L'équipe de l'Atlas


Nouvelles du projet

19 novembre 2014. Alors que la dernière année de terrain pour le Québec méridional tire à sa fin, nous tenons à remercier l’ensemble des participants pour l’effort extraordinaire qu’ils ont fourni au cours des cinq dernières années. Plus d’un demi-million de mentions de nidification ont déjà été colligées, et nous franchirons bientôt le cap des 100 000 heures d’effort!
15 octobre 2014. Tel que promis, nous vous avons préparé un résumé des principaux faits saillants de la saison 2014. Il y est entre autres question du Bec-croisé des sapins, du Petit-duc maculé, de la Sterne caspienne, du Moucherolle vert et du Dickcissel d'Amérique, ainsi que de quelques trouvailles faites dans le Québec nordique. Cliquez ici pour consulter l'ensemble des faits saillants. Nous souhaitons rappeler aux personnes qui n’ont pas complété la saisie de leurs données de le faire dès que possible puisque nous entamerons bientôt la révision finale de l’ensemble des données de l’Atlas. Merci à vous tous et toutes!
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Michel Robert

La répartition mondiale du Garrot d’Islande est particulière. En effet, plus de 90 % de l’effectif de ce canard niche à l’ouest des Rocheuses et seule une faible proportion – malgré le nom de l’espèce – se reproduit en Islande. Une troisième population, estimée à 6800 individus, niche au Québec, dans l’arrière-pays boréal. Les membres de cette dernière – jugée préoccupante en vertu de la Loi sur les espèces en péril – choisissent habituellement des petits lacs isolés et situés en altitude pour établir leur territoire. Le Garrot d’Islande niche dans des cavités situées parfois à plus de 3 km d’une étendue d’eau. Le mâle quitte le site de nidification avant l’éclosion des œufs, ce qui complique l'identification de l’espèce durant la période estivale. D’ailleurs, à l’époque du premier atlas, peu d’information existait sur l’aire de reproduction du Garrot d’Islande : entre 1984 et 1989, l’espèce n’a été rapportée que dans 5 parcelles alors que dans l’atlas actuel, elle a été observée dans 102 parcelles. La majorité des indices de nidification récents (2010-2014) proviennent d’inventaires aériens réalisés par le Service canadien de la faune (Source : M. Robert; Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D'HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d'oiseaux sont invités à participer à l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d'inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 14 octobre 2014