Photo: Pierre Bannon


Photo: Pierre Bannon


Photo: Michel Bordeleau



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l'Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d'envergure.


Observateurs d'oiseaux recherchés!

Vous êtes un passionné d’oiseaux ou encore vous observez les oiseaux régulièrement? Que vous soyez un expert ou un débutant, voici la chance de contribuer au plus ambitieux projet ornithologique du Québec : le nouvel Atlas des oiseaux nicheurs du Québec.

Si vous envisagez de vous inscrire comme participant au projet d’atlas ou si vous voulez en apprendre davantage sur le projet et les tâches des observateurs bénévoles qui y participent, consultez d'abord la Foire aux questions.

Si vous souhaitez vous inscrire, cliquez ici.

Si vous êtes déjà inscrit comme participant, vous trouverez dans le Guide du participant les instructions et les explications permettant de contribuer au projet, depuis les préparatifs qui précèdent la collecte de données sur le terrain jusqu’à la saisie et l’envoi des données aux responsables du projet. Vous trouverez aussi plusieurs informations utiles sur ce site Web, qui constitue le principal point d’entrée du projet.

Nous espérons sincèrement que votre participation au projet d’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec contribuera à enrichir vos connaissances sur les oiseaux et vous fera vivre des moments mémorables.

L'équipe de l'Atlas


Nouvelles du projet

18 décembre 2014. Déjà le temps des Fêtes, et la fin de la cinquième saison de l’Atlas: que le temps passe vite! Toute l’équipe de l’Atlas vous offre ses meilleurs vœux à l’occasion de Noël et du Nouvel An, et vous remercie du fond du cœur pour l’effort colossal que vous avez déployé depuis 2010 afin de recueillir des données pour le projet. Par ailleurs, question de perpétuer la tradition, nous vous offrons encore cette année une petite animation à caractère ornithologique: cliquez ici pour la voir. Et tant qu’à y être (comme on dit!), nous vous invitons à revoir celles que nous vous avions offertes en 2013, 2012 et 2011, en cliquant sur l’année correspondante. Nous vous tiendrons informés de la suite du projet dès janvier 2015.
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Réjean Turgeon

Chaque année, la Pie-grièche grise arrive dans le sud du Québec au milieu de l’automne. On l’aperçoit habituellement dans les milieux ouverts, perchée au sommet d’un arbre ou d’un arbuste. Passereau d’apparence inoffensive, la pie-grièche reste néanmoins un prédateur qui a l’habitude d’empaler ses proies avant de les dévorer. Son nom latin, Lanius excubitor, signifie d’ailleurs « boucher sentinelle ». La Pie-grièche grise hiverne sous nos latitudes jusqu’en avril environ, puis elle rejoint son aire de nidification située dans la forêt boréale, entre le sud de la baie James et la baie d’Ungava. Là, elle fréquente les milieux conifériens ouverts (notamment les tourbières et les brûlés) ainsi que la périphérie des forêts plus denses. Le couple construit un nid assez volumineux dans un arbre ou un buisson. Seule la femelle incube les œufs, mais les deux parents nourrissent les oisillons. L’aire de nidification de la Pie-grièche grise reste encore à préciser : depuis 2010, elle a été recensée dans huit parcelles d’atlas seulement, toutes situées au nord de la latitude 50º30’. De ces mentions, cinq ont été récoltées au sud de la frontière du Labrador (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D'HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d'oiseaux sont invités à participer à l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d'inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 17 décembre 2014