Photo: Pierre Bannon


Photo: Pierre Bannon


Photo: Daniel Auger



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l'Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d'envergure.


Observateurs d'oiseaux recherchés!

Vous êtes un passionné d’oiseaux ou encore vous observez les oiseaux régulièrement? Que vous soyez un expert ou un débutant, voici la chance de contribuer au plus ambitieux projet ornithologique du Québec : le nouvel Atlas des oiseaux nicheurs du Québec.

Si vous envisagez de vous inscrire comme participant au projet d’atlas ou si vous voulez en apprendre davantage sur le projet et les tâches des observateurs bénévoles qui y participent, consultez d'abord la Foire aux questions.

Si vous souhaitez vous inscrire, cliquez ici.

Si vous êtes déjà inscrit comme participant, vous trouverez dans le Guide du participant les instructions et les explications permettant de contribuer au projet, depuis les préparatifs qui précèdent la collecte de données sur le terrain jusqu’à la saisie et l’envoi des données aux responsables du projet. Vous trouverez aussi plusieurs informations utiles sur ce site Web, qui constitue le principal point d’entrée du projet.

Nous espérons sincèrement que votre participation au projet d’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec contribuera à enrichir vos connaissances sur les oiseaux et vous fera vivre des moments mémorables.

L'équipe de l'Atlas


Nouvelles du projet

26 février 2014. Nous sommes à la recherche de candidats pour faire partie des équipes de terrain embauchées pour la cinquième et dernière saison de l’Atlas. Si vous êtes un observateur d’oiseaux expérimenté et motivé, et que vous pouvez identifier les oiseaux du Québec à la vue et au chant, nous vous invitons à poser votre candidature au plus tard le 31 mars 2014. Pour consulter l’offre d’emploi, cliquez ici. Par ailleurs, si vous habitez le sud du Québec, pourquoi ne pas commencer dès maintenant votre saison 2014 en cherchant des hiboux? Comme ces oiseaux nichent tôt et qu’ils sont nocturnes, leur nidification a grand besoin d’être documentée : c’est donc le temps ou jamais de partir à leur recherche. Pour plus d’information sur ces inventaires, consultez cet article : Atlasser la nuit tombée, drôlement chouette! Pour connaître les autres nicheurs hâtifs (p. ex. Pigeon biset, Grand Corbeau et Roselin familier), consultez le calendrier de nidification sur notre site Web. De plus, pour tirer le meilleur de cette dernière année d’Atlas, y compris des efforts que vous aimeriez consacrer à chercher les hiboux, nous vous recommandons de vous abonner au forum de discussion afin de tirer profit de l’expérience des autres participants et des 3000 messages qui y ont été diffusés depuis 2010. Enfin, dans un autre ordre d’idées, nous vous invitons à découvrir le parcours de Jean-Pierre Barry et Daniel St-Laurent, deux bénévoles d’exception qui s’investissent de manière exceptionnelle dans la région de Baie-Comeau depuis le début du projet d’atlas.
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Francis Bossé

Au Québec, la répartition de l’Alouette hausse-col est particulière, puisque cette spécialiste des milieux ouverts peut nicher autant dans la toundra (sous-espèce alpestris) que dans les champs cultivés du sud du Québec (sous-espèce praticola). Sous nos latitudes, la période de nidification commence alors qu’on retrouve encore de la neige au sol. Pour courtiser la femelle, le mâle effectue des vols acrobatiques en émettant son chant cristallin. La femelle construit le nid dans une dépression du sol. On peut y observer des œufs dès la mi-mars et jusqu’à la fin juillet, puisque l’espèce peut produire une seconde couvée. Au moment de quitter le nid, les jeunes sont encore incapables de voler. C’est durant ces quelques jours qu’il est plus aisé de confirmer la nidification de cette espèce discrète. Depuis le premier atlas, le nombre de parcelles dans lesquelles l’Alouette hausse-col a été observée a chuté de 70 %. Cette diminution atteint 96 % dans la Région de l’Amiante, en Estrie et en Beauce. Parmi les causes possibles, notons la perte d’habitat par le reboisement des terres agricoles ou suite à l’urbanisation (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D'HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d'oiseaux sont invités à participer à l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d'inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 25 février 2014