Photo: Pierre Bannon


Photo: Michel Bordeleau


Photo: Pierre Bannon



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l’Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d’envergure.


Vers une nouvelle étape

L’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec a franchi une étape importante, la campagne de terrain pour le Québec méridional (2010-2014) étant terminée. Nous en profitons pour remercier du fond du cœur les 2000 participants qui, ensemble, ont consacré plus de 100 000 heures à recueillir des données.

Mais attention : la campagne de terrain pour le territoire québécois situé au nord de la latitude 50°30’ N se poursuit, et ce pour plusieurs années!

En parallèle, l’équipe de l’Atlas se consacre à préparer la publication des résultats pour le Québec méridional. Nous vous tiendrons informés des suites de ce volet du projet, qui vise à analyser et publier les connaissances acquises de 2010 à 2014, en plus de les comparer à celles obtenues dans le cadre du premier Atlas.

Ceux et celles qui souhaitent participer au volet nordique de l’Atlas devraient, en plus de visiter ce site Web régulièrement, s’inscrire à notre liste de diffusion afin de recevoir nos infolettres. Nous invitons les observateurs expérimentés et autonomes qui planifient visiter le nord du Québec pour y récolter des données d’atlas à communiquer avec nous pour nous faire part de leurs projets.

Nous ajouterons des informations à ce site Web afin d’y intégrer divers renseignements sur le volet nordique de l’Atlas. Vous pouvez toutefois trouver les informations de base sur notre page Nord du Québec.

L’équipe de l’Atlas


Nouvelles du projet

02 septembre 2015. Les bureaux de l’Atlas sont à la recherche de photos pour illustrer le nouvel Atlas, qui traitera de tous les oiseaux nicheurs du Québec méridional. Les photographes intéressés à soumettre des photos sont invités à consulter cette nouvelle page Web. Nous en profitons pour remercier ceux et celles qui nous ont signifié leur intérêt à prendre en charge la rédaction de comptes rendus sur les espèces pour le nouvel Atlas. Par ailleurs, sachez que toutes les mentions d’espèces spéciales récoltées dans le Québec méridional entre 2010 et 2014 ont maintenant été validées et que les travaux de cartographie et d’analyse des résultats de l’Atlas sont entamés. Nous vous tiendrons informés de la suite des choses par l’intermédiaire de nos infolettres et de notre site Web. Enfin, saviez-vous que quelques courageux ornithologues ont « atlassé » plusieurs dizaines de parcelles du Québec nordique cet été? Parmi ceux-ci, Yann Rochepault et Christophe Buidin ont été embauchés grâce à une subvention de Protection des oiseaux du Québec; nous vous invitons à lire le récit de leur été et admirer leurs photos sur cette page.
29 mai 2015. Nous sommes à la recherche de rédacteurs bénévoles pour rédiger les comptes rendus sur les espèces qui seront publiés dans le nouvel Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional; cliquez ici pour plus d’information. Par ailleurs, nous avons apporté plusieurs modifications au site Web de l’Atlas afin de refléter le fait que la campagne de terrain pour le Québec méridional est terminée et que les données d’atlas doivent désormais être recueillies dans le nord du Québec (au nord de la latitude 50° 30’ Nord). Nous invitons toute personne intéressée à récolter des données d’atlas dans le nord du Québec à consulter la page Nord du Québec. Enfin, le magazine QuébecOiseaux a récemment fait paraître un article présentant une première analyse, sommaire, des résultats de la campagne de terrain pour le Québec méridional. Intitulé « Des gagnants et des perdants », cet article de Gaétan Duquette révèle certaines tendances quant à l’évolution des populations d’oiseaux nicheurs au Québec depuis la réalisation du premier Atlas, il y a 25 ans. Nous vous invitons à le lire en cliquant ici.
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Suzanne Labbé

La Grue du Canada possède une longévité hors du commun puisqu’elle peut vivre au-delà de 35 ans en milieu sauvage. Chez cet oiseau monogame, les couples restent généralement unis pour la vie. Les grues reviennent au Québec dès le mois d’avril pour s’installer dans des tourbières, des étangs ou des marais. Leurs danses nuptiales spectaculaires s’accompagnent de révérences, de sauts en hauteur et de cris retentissants. Le nid est composé de plantes aquatiques ou de petites branches. La femelle y pond habituellement 2 œufs qui seront couvés en alternance par les partenaires. Dès leur naissance, les jeunes sont d’habiles coureurs et peuvent suivre leurs parents dans leurs déplacements. Le groupe familial restera uni plusieurs mois après les premiers vols des jeunes, à l’âge de deux ou trois mois. Depuis le premier atlas, la Grue du Canada a connu une expansion fulgurante au Québec. À l’époque, elle avait été observée dans seulement quatre parcelles de l’Abitibi et de la région de Matagami, sans que sa nidification puisse être confirmée. Lors du présent atlas, elle a été recensée dans 462 parcelles situées dans presque toutes les régions du Québec méridional (sauf celles les plus à l’est). De plus, sa nidification a été confirmée dans 18 des régions de l’Atlas (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D’HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d’oiseaux sont invités à participer à l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d’inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 2 septembre 2015