Photo: Alain Hogue


Photo: Michel Bordeleau


Photo: Daniel Auger



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l’Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d’envergure.


Vers une nouvelle étape

L’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec a franchi une étape importante, la campagne de terrain pour le Québec méridional (2010-2014) étant terminée. Nous en profitons pour remercier du fond du cœur les 2000 participants qui, ensemble, ont consacré plus de 100 000 heures à recueillir des données.

Mais attention : la campagne de terrain pour le territoire québécois situé au nord de la latitude 50°30’ N se poursuit, et ce pour quelques années encore!

En parallèle, l’équipe de l’Atlas se consacre à préparer la publication des résultats pour le Québec méridional. Nous vous tiendrons informés des suites de ce volet du projet, qui vise à analyser et publier les connaissances acquises de 2010 à 2014, en plus de les comparer à celles obtenues dans le cadre du premier Atlas.

Ceux et celles qui souhaitent participer au volet nordique de l’Atlas devraient, en plus de visiter ce site Web régulièrement, s’inscrire à notre liste de diffusion afin de recevoir nos infolettres. Nous invitons les observateurs expérimentés et autonomes qui planifient visiter le nord du Québec pour y récolter des données d’atlas à communiquer avec nous pour nous faire part de leurs projets.

Nous ajouterons des informations à ce site Web afin d’y intégrer divers renseignements sur le volet nordique de l’Atlas. Vous pouvez toutefois trouver les informations de base sur notre page Nord du Québec.

L’équipe de l’Atlas


Nouvelles du projet

24 mai 2018. Bonne nouvelle : la prévente du Deuxième atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional aura lieu vers la fin de l’été. Nous encourageons vivement toute personne intéressée à se procurer le livre en prévente à s’inscrire (à moins que ce soit déjà fait) sur la liste de diffusion des infolettres de l’Atlas, en cliquant ici. Si vous avez participé à l’Atlas en fournissant au moins une mention, il est particulièrement important de vérifier que votre nom (et celui de vos assistants) se trouve bel et bien dans la liste des participants établie par les bureaux de l’Atlas (cliquez ici pour voir la liste en question), et qu’il est bien orthographié. Si ce n’est pas le cas, veuillez s.v.p. nous aviser sans tarder.
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Daniel Auger

Il reste habituellement de la neige au sol au moment où la Bécasse d’Amérique nous revient de son aire d’hivernage. Dès son arrivée, le mâle établit son territoire dans les milieux relativement ouverts, souvent d’anciens champs en friche. Sa parade nuptiale est unique en son genre : l’oiseau s’élève en spirale, produisant un sifflement au moyen des trois primaires externes de ses ailes, qui sont raides et étroites. De retour au sol, il émet un « pint » nasillard et sonore. Après l’accouplement, la femelle construit au sol un nid rudimentaire, qu’elle place en milieu sec, près de la lisière de la forêt. Très précoces, les jeunes y demeurent moins de 24 heures. Dans le Québec méridional, la bécasse niche surtout dans les basses terres, là où les sols riches fournissent en abondance les vers de terre dont elle se nourrit principalement. Ces proies sont beaucoup plus rares dans les sols acides de la forêt boréale, où l’espèce est peu commune. Les habitudes alimentaires de l’oiseau sont favorisées par son étrange physionomie : ses yeux très reculés – au point d’être situés derrière ses oreilles – risquent peu d’entrer en contact avec le sol (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D’HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d’oiseaux sont invités à participer à l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d’inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 23 mai 2018