Photo: Francis Bossé


Photo: Daniel Auger


Photo: Michel Bordeleau



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l’Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d’envergure.


Vers une nouvelle étape

L’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec a franchi une étape importante, la campagne de terrain pour le Québec méridional (2010-2014) étant terminée. Nous en profitons pour remercier du fond du cœur les 2000 participants qui, ensemble, ont consacré plus de 100 000 heures à recueillir des données.

Mais attention : la campagne de terrain pour le territoire québécois situé au nord de la latitude 50°30’ N se poursuit, et ce pour quelques années encore!

En parallèle, l’équipe de l’Atlas se consacre à préparer la publication des résultats pour le Québec méridional. Nous vous tiendrons informés des suites de ce volet du projet, qui vise à analyser et publier les connaissances acquises de 2010 à 2014, en plus de les comparer à celles obtenues dans le cadre du premier Atlas.

Ceux et celles qui souhaitent participer au volet nordique de l’Atlas devraient, en plus de visiter ce site Web régulièrement, s’inscrire à notre liste de diffusion afin de recevoir nos infolettres. Nous invitons les observateurs expérimentés et autonomes qui planifient visiter le nord du Québec pour y récolter des données d’atlas à communiquer avec nous pour nous faire part de leurs projets.

Nous ajouterons des informations à ce site Web afin d’y intégrer divers renseignements sur le volet nordique de l’Atlas. Vous pouvez toutefois trouver les informations de base sur notre page Nord du Québec.

L’équipe de l’Atlas


Nouvelles du projet

30 mars 2017. Veuillez noter que nous ferons une mise à jour du site Web et enverrons notre prochaine infolettre à la mi-mai. Merci!
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Daniel Auger

Moins connue que le Harfang des neiges, la Chouette lapone reste toutefois l’un des visiteurs hivernaux les plus remarquables du Québec méridional. Il lui arrive certaines années de « faire irruption » chez nous lorsque les petits rongeurs se font rares dans la taïga et la forêt boréale. Mais il faut savoir que l’espèce niche également sous nos latitudes : durant les travaux du présent atlas, on l’a trouvée dans une vingtaine de parcelles, principalement en Abitibi, où sa nidification a été confirmée. Cette chouette choisit des habitats ouverts et humides pour chasser et se montre peu sélective quant à son site de nidification, qui peut se situer aussi bien dans une pessière, une tremblaie, une forêt mixte ou une tourbière. Elle ne construit pas de nid mais utilise plutôt ceux d’autres espèces (notamment rapaces ou corbeau); elle niche également, à l’occasion, au sommet d’un chicot ou au sol. La femelle assume seule la couvaison et les jeunes quittent le nid vers l’âge de trois à quatre semaines. Ils restent dépendants de leurs deux parents durant quelque temps avant que le mâle, seul, prenne la relève. Active principalement la nuit et au crépuscule, l’espèce est peu farouche et ne compte que peu de prédateurs, à l’exception du Grand-duc d’Amérique (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D’HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d’oiseaux sont invités à participer à l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d’inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 20 décembre 2016