Photo: Pierre Bannon


Photo: Suzanne Labbé


Photo: Suzanne Labbé



Nous joindre

Atlas des oiseaux
nicheurs du Québec
801-1550 av. d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

1 877 785-2772

Adresse courriel


Les partenaires
de l’Atlas

Découvrez qui sont les
personnes et les
organisations qui pilotent ce
projet d’envergure.


Vers une nouvelle étape

L’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec a franchi une étape importante, la campagne de terrain pour le Québec méridional (2010-2014) étant terminée. Nous en profitons pour remercier du fond du cœur les 2000 participants qui, ensemble, ont consacré plus de 100 000 heures à recueillir des données.

Mais attention : la campagne de terrain pour le territoire québécois situé au nord de la latitude 50°30’ N se poursuit, et ce pour quelques années encore!

En parallèle, l’équipe de l’Atlas se consacre à préparer la publication des résultats pour le Québec méridional. Nous vous tiendrons informés des suites de ce volet du projet, qui vise à analyser et publier les connaissances acquises de 2010 à 2014, en plus de les comparer à celles obtenues dans le cadre du premier Atlas.

Ceux et celles qui souhaitent participer au volet nordique de l’Atlas devraient, en plus de visiter ce site Web régulièrement, s’inscrire à notre liste de diffusion afin de recevoir nos infolettres. Nous invitons les observateurs expérimentés et autonomes qui planifient visiter le nord du Québec pour y récolter des données d’atlas à communiquer avec nous pour nous faire part de leurs projets.

Nous ajouterons des informations à ce site Web afin d’y intégrer divers renseignements sur le volet nordique de l’Atlas. Vous pouvez toutefois trouver les informations de base sur notre page Nord du Québec.

L’équipe de l’Atlas


Nouvelles du projet

21 décembre 2017. Nous sommes heureux d’annoncer que le Deuxième atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional sera bel et bien offert en format papier. Deux raisons principales motivent cette décision : 1) l’équipe de l’Atlas souhaite tenir compte de l’intérêt qu’ont manifesté les observateurs d’oiseaux (sans qui la réalisation de ce projet n’aurait pas été possible) pour la production d’un ouvrage papier; et 2) l’impression de l’Atlas constitue le meilleur moyen d’assurer la pérennité de l’ensemble de la publication. La date de parution du livre n’est pas encore arrêtée, mais il est clair que celui-ci fera l’objet d’une prévente dans le courant de l’année 2018. Les résultats de l’Atlas seront également rendus disponibles sur le Web, vraisemblablement après la parution du livre. L’élément principal du nouvel atlas sera formé par les comptes rendus présentant chacune des 253 espèces d’oiseaux nicheurs du Québec méridional. La version française des comptes rendus est maintenant terminée et ceux-ci seront traduits vers l’anglais au cours des prochains mois. Nous tenons à remercier les auteurs des comptes rendus : Yves Aubry, Olivier Barden, Hugues Brunoni, Christophe Buidin, Marcel Darveau, Samuel Denault, Gaétan Duquette, Gilles Falardeau, Michel Gosselin, Marie-Hélène Hachey, Benoît Jobin, Christine Lepage, Vincent Létourneau, Guy Michaud, Jean Piuze, Jean-François Poulin, Jean-François Rail, Michel Robert, François Shaffer, Daniel Toussaint et Marc-André Villard. Nous souhaitons également remercier Serge Gagné, qui a effectué la révision linguistique des comptes rendus. Nous en profitons pour vous souhaiter un très heureux temps des Fêtes.
Consultez les archives

OISEAU DE LA SAISON


Photo: Olivier Barden

Impossible d’oublier sa toute première rencontre avec un Faucon gerfaut. Cette espèce holarctique, qui ne visite le sud du Québec qu’en hiver, fascine les observateurs par sa rareté, sa puissance et sa beauté. À l’échelle de la province, ce faucon niche principalement dans la péninsule d’Ungava, autant à l’intérieur des terres que sur les côtes. Il fréquente les milieux ouverts comprenant des falaises. C’est le mâle qui établit le nid, habituellement sur une corniche protégée d’un surplomb. Il tente ensuite de se faire remarquer d’une femelle en poussant des cris insistants et en effectuant une parade aérienne élaborée, qui consiste à former des huit dont le centre concorde avec l’emplacement du nid. Pendant l’incubation, qui dure un peu plus d’un mois, le mâle rapporte des proies, le plus souvent des lagopèdes, à la femelle. Les jeunes prennent leur envol environ 50 jours après l’éclosion. Bien qu’il ne soit pas considéré en péril à l’échelle mondiale, le Faucon gerfaut est l’une des espèces les plus prisées pour la fauconnerie. Le trafic illégal des oiseaux et de leurs œufs représente d’ailleurs l’une des principales menaces qui pèsent sur cet oiseau magnifique (Source : Gauthier et Aubry 1995).


TABLEAU D’HONNEUR

Liste des participants ayant contribué le plus à la récolte des données. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

ParticipantTotal


PARTICIPEZ AU PROJET

Tous les observateurs d’oiseaux sont invités à participer à l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. En bref, le travail demandé aux participants consiste à visiter les divers habitats d’une parcelle d’inventaire (100 km2) pour y recenser des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces d’oiseaux possible.


Photo de la Paruline noir et blanc par Simon Pierre Barrette.

Mise à jour : 20 décembre 2017